Il y a quelques années à peine, on lisait dans presque tous les articles sur les prochaines tendances en alimentation que les «produits locaux» allaient avoir de plus en plus la cote. Nous voici en 2017 et force est de constater que le marché a rapidement évolué et les initiatives se multiplient pour favoriser l’achat local. L’achat de produits locaux ainsi que la mise en marché de proximité connaissent une popularité accrue au Québec. On ne parle plus de l’achat local comme une tendance mais bien comme une habitude de consommation ancrée chez plus de la moitiée des consommateurs. Il veut savoir ce qu’il mange. Il veut de moins en moins de produits fabriqués à l’autre bout du monde.

Mais la question de base demeure : Où trouver des produits locaux et comment les repérer ?

La première alternative demeure le circuit court. On est en présence d’un circuit court lorsqu’il y a tout au plus un (1) intermédiaire qui intervient dans la distribution entre l’entreprise de production ou de transformation et le consommateur. C’est la façon la plus simple de repérer des produits locaux puisqu’on se déplace à la rencontre du producteur. Mais, visiter les fermes quand on ne l’a jamais fait demande un petit effort et un changement d’habitudes. En circuit court, la région offre des marchés publics, des kiosques à la ferme, des activités agrotouristiques, de l’autocueillette, un marché virtuel biologique et les paniers bio qu’on appelle aussi ASC (Agriculture soutenue par la communauté). Le Réseau Agrotourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean brosse un excellent portrait de l’offre régionale sur son site Internet : agrotourisme.quebec.

Malgré les efforts pour intégrer le circuit court dans sa façon de s’approvisionner, l’épicerie hebdomadaire demeure une habitude bien ancrée. Nous parlons dans ce cas de circuit traditionnel de distribution. À l’épicerie ou au supermarché, s’approvisionner en fruits et légumes locaux, en confitures, marinades, flocon d’avoine, en café ou en chocolat transformé localement c’est aussi possible! Évidemment, quand ils ont vu les tendances s’installer, les marchands ont su saisir l’occasion et s’adapter afin de répondre à la demande en nous promettant une plus grande place aux produits locaux. Si certains y ont vu un geste opportuniste lors des premières actions, les grandes chaînes n’ont pas lâché le morceau et continues de faire des actions concrètes démontrant clairement leur appui aux produits locaux. La vingtaine de marchand qui se sont associés à la Zone boréale dernièrement se sont engagés à afficher ensemble des produits locaux disponibles afin d’en faciliter le repérage. Leur motivation est bien réelle ! Vous pourrez donc du même coup, découvrir des produits de provenance régionale que vous ne connaissiez peut-être pas ET les repérer rapidement.  

Mais que fait-on si il n’y a pas assez de produits locaux sur les tablettes de notre épicerie ?

Evidemment, quand les produits locaux manquent, il faut le demander au gérant ! Plus la demande sera forte et plus l’épicier s’ajustera. Ce n’est pas plus sorcier. Plus les produits locaux sortiront, plus ils en rentreront. C’est la loi de l’offre et la demande.  


Zone boréale, la stratégie

Si, pour le consommateur, la Zone boréale est l’image de marque qui permet l’identification et la promotion des produits locaux, pour l’Industrie agroalimentaire, elle signifie beaucoup plus. La Zone boréale est une Stratégie de positionnement différencié orchestrée par la Table agroalimentaire du Saguenay – Lac-Saint-Jean qui vise à favoriser l’achat de produits locaux auprès des différents types de consommateurs sur tous les types de marchés : Internationaux, Restauration, Institutionnel, Circuit court, etc. Pour le marché du détail qui nous intéresse ici, on veille à la mise en valeur des produits régionaux au sein des magasins alimentaires qui opèrent sur le territoire. Nous travaillons avec les grandes chaînes comme avec les épiceries spécialisées ou les boutiques en ligne tel L’Éco-Marché de Nord-Bio. Les objectifs sont de faciliter le repérage des produits locaux dans les magasins à l’aide d’affichage, de sensibiliser la clientèle à la consommation de produits régionaux, de favoriser le taux de fréquentation des magasins offrant une variété de produits locaux et d’augmenter les ventes pour les entreprises agroalimentaires. Les détaillants engagés sont accrédités Marchands/Zone boréale. Ceux qui sont intéressés à intégrer la Stratégie peuvent communiquer avec l’équipe de la Table agroalimentaire.


Par Nancy Ouellet

SOURCE :