Manger local durant les saisons estivale jusqu’au récoltes, facile ! Mais manger local, l’hiver, lorsque nos champs dorment sous la neige mais que l’épicier nous propose quand même choux-fleurs et brocolis, à 7 dollars demande une certaine discipline et un peu de gymnastique. Avec un peu d’efforts et d’organisation, manger locale à l’année devient aussi amusant que payant !

La première étape : la planification – Il s’agit d’analyser vos habitudes de consommation et vos besoins. Y a-t-il des fruits et légumes que vous achetez en hiver chez l’épicier qui sont disponibles en saison estivale ici. Des fraises, des framboises, des bleuets, des pommes, des carottes, des tomates, des pommes de terre… Est-ce que quelques changements aux menus de la semaine permettraient de remplacer des produits importés par certains que vous auriez préalablement miss en réserve? Est-ce que la recette avec de l’ananas serait bonne avec des pommes ? Possédez-vous un congélateur ? Avez-vous un petit coin de la maison que vous pourriez transformer en réserve personnelle ? Et surtout, jusqu’où êtes-vous prêt à aller et quel temps voulez-vous investir…

Deuxième étape : l’approvisionnement – Il faut se familiariser avec le calendrier des récoltes. En effet, c’est quand les produits sont en abondances qu’ils sont le moins dispendieux. C’est à ce moment que l’on doit procéder au stockage selon l’évaluation des besoins d’ici la prochaine récolte. Visitez les kiosques à la ferme, restez attentif à ce que vous entendez autour de vous. La congélation est une solution parfaite pour l’étalage «pour vente rapide» chez le détaillant.

safe_imageTroisième étape : la conservation – La méthode la plus simple consiste à la congélation. Sauf pour les oignons et poivrons, on conseille fortement de blanchir les légumes. Dans une grande marmite d’eau bouillante, plongez les légumes épluchés et coupés selon leur utilisation future. Laissez cuire 2 minutes ou moins pour les petites coupes, puis égouttez avant de les plonger dans l’eau très froide. Séchez-les sur un linge propre. Les fruits n’ont pas besoin d’être blanchit. Pour éviter que les fruits et légumes se retrouvent en pain, congelez-les sur une plaque à biscuit tapisser d’un papier parchemin. Une fois gelés, emballez-les dans un sac de plastic prévu pour la congélation. Pensez à vos repas favoris ! Congèlerez-vous vos carottes en rondelles, carottées ou en juliennes ? Les poireaux peuvent être congelés sans blanchissage émincées dans un sac de conservation. Il vous suffira d’en jeter une pognée à la préparation en temps voulu. aussi vos fines herbes avec de l’huile dans des bacs à glaçon pour faciliter leur utilisation.

Enfin, l’utilisation – On utilise d’ailleurs toujours les produits directement congelés ! Lors de la congélation, ils emmagasinent de l’eau. Il faut les cuire en favorisant une évaporation rapide de cette eau. Pour les desserts, on utilise directement les fruits congelés. Dans vos gâteaux et muffins, vos fruits resteront ainsi entiers. Ils donneront une belle texture à vos smoothie et garderont frais votre yogourt jusqu’à l’heure du lunch !

Pour certains aliments il est préférable de les conserver transformés. Par exemple, gardez vos pommes congelées en compote, en tarte ou en croustade que vous mettrez cuite (un peu moins longtemps qu’à l’habitude) au congélateur mais laisserez dégeler doucement au jour à 275 degrés pour les servir. Pensez aussi confitures, potages ou soupes. On a une super recette de compote de fraises juste ICI !

Peu importe votre choix de conservation, mettez-vous au travail le plus rapidement possible pour vous assurer de garder le maximum de vitamines et nutriments… Mais même si vous procrastinez une peu… mieux vaut congeler plus tard que de perdre les aliments les aliments !

Beurre de pommes à l’érable

8 pommes épluchées, le coeur enlevé, et coupées en gros morceaux
1/2 tasse de sirop d’érable
1/2 tasse de beurre

Mélanger le tout dans une casserole et faire cuire à feu moyen sur la cuisinière pendant environ 30 à 45 minutes, jusqu’à ce que les pommes soient tendres et se défassent.
Réduire en purée au mélangeur.
Congeler en portion.

Nancy Ouellet – [email protected]
Table agroalimentaire