La fève des marais, est-ce que ce nom vous dit quelque chose? Peut-être que vous la connaissez mieux sous son Québécisme : la gourgane. Pour nous, au Saguenay Lac-Saint-Jean, cette fève fait partie de notre alimentation depuis bien longtemps, puisqu’on la cultive principalement ici et qu’on en consomme dans notre traditionnelle soupe aux gourganes. Mais, si nous allons ailleurs dans le Québec, elle est malheureusement peu connu.

Pour remonter au début de sa culture, nous devons reculer de 10 000 ans et nous transporter en Asie, où on la retrouvait à l’état sauvage, sous une forme un peu plus petite que nous la connaissons maintenant. Ce sont les Européens qui l’ont emmené  chez eux pour en faire la culture. Son arrivé au Québec c’est fait avec les premiers colons, au 17e siècle.

Au début, elle était principalement cultivée dans la région de Charlevoix, où ses habitants la consommaient presque seulement en soupe, étant donné sa grande teneur en protéine et en vitamine. Sa culture massive au Saguenay Lac-Saint-Jean a commencé en 1987, avec une mise en marché peu fructueuse d’une soupe aux gourganes habitants par la compagnie Catelli. C’est cet évènement qui permit aux cultivateurs de notre région d’augmenter leurs productions de fèves des marais afin de répondre à la demande du marché.

Aujourd’hui, malgré le fait que nous la retrouvons dans les surgelés à longueur d’année, fraîche en août, en farine et transformée dans les comptoirs de prêt à manger, elle n’est pas encore consommée et appréciée à sa juste valeur. Elle est produite ici, mais la plupart de notre production s’en va à l’usine de congélation à saint-Bruno où à Saint-Gédéon pour être ensuite redistribuée partout au Canada et en Israël, où ils la consomment de diverse façon, notamment en salade ou en accompagnement.

Personnellement, j’aime bien la manger en salade ou simplement légèrement sauté dans le beurre au poêlon. Mais notez que je les fais bouillir 5 minutes avant de les utiliser pour être capable d’enlever la peau qui est un peu dure et amer. Il est également possible d’en faire une trempette du style humous ou d’en mettre en purée à l’intérieur d’une crème glacé maison. Bref, libre à votre imagination! Avec seulement 70 calories par 100 g de fèves et environ 6 g de protéine, la gourgane est une légumineuse régionale que nous devrions consommer en plus grande quantité, surtout qu’elle n’est pas tellement dispendieuse quand c’est la saison et qu’elle se congèle facilement. Ah, j’oubliais! Saviez-vous que la farine de gourgane est sans gluten? C’est une très bonne alternative pour ceux qui  sont intolérant.

Francis Pearson
Chef à domicile
Comme chez moi